Accès direct au portfolio
Accès à la base de Sellig Zed

Quelques notes sur la mise en service du SONY® A77II (référence "SONY® ILCA-77M2")

Sony A77II
Spécifications et fonctionnalités complètes sur sony.fr

Sommaire

" Dérawtisation "

Retour au début

L'utilitaire utilisé pour exploiter les images brutes est dcraw. La dernière version disponible dans les dépôts pour Ubuntu "Trusty" est la 9.19, dont l'application au A77II fournit des images vertes.

Le site de son auteur indique dans sa FAQ:

Why does dcraw output have a green tint and weak color?

Because dcraw doesn't have a color matrix for your camera model, it outputs raw color instead of sRGB.

La version la plus récente disponible sur le site de Dave Coffin (9.27) est réputée prendre en charge le A77II. L'examen de son code source révèle deux entrées :

{ "Sony ILCA-77M2", 0, 0, { 5991,-1732,-443,-4100,11989,2381,-704,1467,5992 } },
{ "Sony SLT-A77", 0, 0, { 5491,-1192,-363,-4951,12342,2948,-911,1722,7192 } },

montrant que la deuxième édition du A77 utilise des paramètres différents de ceux de la première.

La compilation de ce code source par

$ gcc -o dcraw2 -O4 dcraw.c -lm -ljasper -ljpeg -llcms2

produit la réponse

dcraw.c:77:58: fatal error: jasper/jasper.h: Aucun fichier ou dossier de ce type
[…]
compilation terminated.

montrant que la dépendance jasper.h n'est pas satisfaite.

Le manuel de jasper http://www.ece.uvic.ca/~frodo/jasper/jasper.pdf définit ce logiciel comme suit :

"In simple terms, JasPer is a software tool kit for the handling of image data. The software provides a means for representing images, and facilitates the manipulation of image data, as well as the import/export of such data in numerous formats (e.g., JPEG-2000 JP2 [ 8 ], JPEG [ 2 ], PNM [ 4 ], BMP [ 12 ], Sun Rasterfile [ 13 ], and PGX [ 9 ])."

Ces fonctionnalités n'étant pas recherchées ici, on ne procède pas à l'installation de jasper et la compilation est faite par :

$ gcc -o dcraw2 -O4 dcraw.c -lm -DNODEPS

Plus de 60 avertissements du type :

dcraw.c: In function ‘jpeg_thumb’:
dcraw.c:9775:9: warning: ignoring return value of ‘fread’, declared with attribute warn_unused_result [-Wunused-result]
fread (thumb, 1, thumb_length, ifp);

sont exprimés, sans erreur fatale, et un exécutable fonctionnel est produit.

Renommé dcraw9-27 (par exemple), il peut être placé dans /usr/local/bin/. Cet endroit est judicieux parce que, d'une part, local/bin est déjà un chemin standard (dans la variable $PATH) et, d'autre part, il n'est pas géré par le système ("local") et il ne requiert pas les privilèges de super-utilisateur (à la différence de sbin).

Les premiers essais montrent que la nouvelle version fonctionne comme il faut.

Quelques réglages de l'appareil

Retour au début

Un mode d'emploi très complet est disponible en ligne sur le site de SONY®, en français (243 pages A4, 1,6 Mo) ou en anglais.

L'appui sur le bouton MENU fait entrer dans un menu organisé en 5 onglets :

Autofocus

Pour paramétrer la façon de sélectionner la partie du sujet sur laquelle la mise au point est effectuée, 3 méthodes sont proposées, qui permettent de choisir la cible avec le sélecteur, au moment de la prise de vue, parmi 9, parmi 15, ou encore parmi 79 possibilités:

Sur le SONY A450, la gêne la plus considérable de l'autofocus était l'impossibilité de prendre la photo tant que la mise au point n'était pas terminée.

Le boîtier A77II permet un paramétrage de ce processus : bouton MENU > Onglet "Personnalisation" > Page 4 > Paramètre "Régl.priorité" > choisir "M. en évidence équil" pour avoir un comportement intermédiaire entre l'interdiction de photographier tant que la MAP n'est pas "parfaite" et le déclenchement immédiat sans tenir compte de la mise au point. Ce paramétrage (normalement réglé par défaut) permet un point satisfaisant sans risquer de laisser passer "l'instant décisif".

Par ailleurs, dans certaines conditions difficiles (lumière basse, macrophoto, notamment), il arrive que l'autofocus se lance dans des explorations de mise au point interminables. Pour réduire ce phénomène, Wim Arys conseille le réglage suivant :

MENU > Onglet "prise de vue" > Page 4 > Paramètre "Vitesse AF" > Passer de "Rapide" à "Lente".

Pour les amateurs de macro, notamment, un autre réglage est intéressant : MENU > PDV > page 3 > Réglage AF-A > Passer à Direct MFocus permet de parfaire manuellement la mise au point tout en maintenant verrouillée la mise au point fournie par l'autofocus (en mode AF-S).

Pour d'autres réglages avancés, voir aussi le guide fourni par Wim Arys.

Une présentation plus complète des paramètres de l'autofocus est donnée en annexe 1, au bas de la présente page.

Comment supprimer toutes les photos ?

La méthode la plus simple pour supprimer toutes les photos de l'appareil consiste à reformater la carte : MENU > Onglet "Boîte à outils" > Page 5 > Option "Formater".

Il y a une autre possibilité mais elle dépend du mode de visualisation choisi. Si, comme c'est le cas par défaut, les photos sont visualisées par date, on peut seulement supprimer les photos d'une date donnée. L'auteur de la présente page trouve cela peu pratique et a donc choisi de visualiser les photos par dossier :

MENU > Onglet "Lecture" > Page 1 > Paramètre "Mode visualisation" > Choisir "Vue par doss. (Img fixe)".

Alors, pour supprimer toutes les photos : MENU > Onglet "LECTURE" > Page 1 > Supprimer > Tout dans ce dossier.

Notes sur la prise de vue

Retour au début

Remarque sur le mode "Programme"

Comme la plupart des appareils évolués, outre un mode totalement automatique et des modes de scènes prédéfinis, l'A77II offre le classique ensemble PASM, soit : programme (P), priorité à l'ouverture (A), priorité à la durée d'exposition (S), manuel (M). L'auteur de cette page, compte tenu de ses sujets de prédilection, accorde une importance prédominante à la maîtrise de la profondeur de champ et privilégie donc habituellement soit le mode A, soit le mode P en vérifiant dans le viseur, dans ce cas, avant de déclencher, que l'ouverture "optimale" choisie par le programme lui convient.

Cependant, en l'absence de flash, le mode "Programme" du A77II présente une possibilité intéressante : il peut être décalé en agissant sur un sélecteur. En tournant l'une des deux molettes (au choix), il est ainsi possible de choisir une autre combinaison ouverture/durée assurant la même exposition que le choix initial du programme. Du coup, la position A devient pratiquement inutile, puisqu'on peut aller chercher l'ouverture voulue d'un coup de molette (et de même pour le mode S). Lorsque le réglage est décalé, la lettre P indiquant le mode sur l'affichage et dans le viseur s'orne d'une étoile (P*) qui disparait si on revient à la combinaison préférée du programme.

Il ne semble d'ailleurs pas exister de moyen immédiat de revenir au réglage P par défaut après l'avoir déplacé la molette (P*) ; il faut pour cela changer temporairement de mode ou éteindre l'appareil pour lui faire oublier le décalage. En fait, si nécessaire, il est plus pratique de retrouver le réglage sans décalage à l'aide de la molette, en surveillant la transformation de P* en P dans le viseur.

Par ailleurs, une fois un décalage choisi (par un certain nombre de crans de molette), il ne change pas lorsque l'éclairage varie.

Utilisation de la télécommande sans fil pour déclencher

La télécommande sans fil achetée pour le SONY® A450 fonctionne également avec le boîtier A77II.

La mise en attente de l'appareil se fait par MENU > Onglet "Boîte à outils" > page 3 > "Commande à dist." et il ne reste plus qu'à diriger la télécommande vers l'appareil et à cliquer :
Télécommande sans fil MENU > BAO > 3 > "Commande à dist."

(cette fonction ne peut pas être affectée à une touche personnalisable).

Pour tenter de faire durer la batterie davantage

Voir l'annexe 2 pour plus de détails.

Personnalisation (exemple)

Retour au début

Caractéristiques des fichiers

Retour au début

Taille

Le boîtier SONY® A450 produisait des images de 4592x3056 pixels (ARW de 15 Mo et JPG de 6 Mo environ), tandis que le A77II délivre des images de 6000x4000 pixels (ARW de l'ordre de 25 mo et JPG de 6 Mo environ - soit 31 Mo au total à peu près). Avec une carte SD de 32 Go, l'appareil annonce une capacité de 892 photos en RAW+JPEG.

L'image ppm intermédiaire extraite du fichier brut pour la postproduction par dcraw a une définition de 6024x4024pixels et pèse 72,7 Mo et la même photo, enregistrée au format jpg en compression sans perte, de l'ordre de 20 Mo (ça dépend évidemment de la complexité de l'image).

Le fichier ARW porte les métadonnées suivantes (telles que vues par digikam).

Données EXIF

Nom du fichier : 170513_test_A77_2017-05-13T08-17-04_0020_V00.ARW (Étiquettes EXIF standard)

Informations sur l'image

Compression : JPEG (ancienne version)
Constructeur : SONY
Date et heure : 2017:05:13 08:17:05
Description de l'image :
DNG Private Data : 118 192 0 0
Format d'échange JPEG : 144034
Logiciel : ILCA-77M2 v2.00
Longueur du format d'échange JPEG : 532084
Modèle : ILCA-77M2
Nouveau type de sous fichier : Vignette/Aperçu de l'image
Orientation : haut, gauche
Pointeur IFD Exif : 436
Positionnement YCbCr : Co-sited
Print Image Matching : 80 114 105 110 116 73 77 0 48 51 48 48 0 0 3 0 2 0 1 0 0 0 3 0 34 0 0 0 1 1 0 0 0 0 9 17 0 0 16 39 0 0 11 15 0 0 16 39 0 0 151 5 0 0 16 39 0 0 176 8 0 0 16 39 0 0 1 28 0 0 16 39 0 0 94 2 0 0 16 39 0 0 139 0 0 0 16 39 0 0 203 3 0 0 16 39 0 0 229 27 0 0 16 39 0 0
Résolution X : 350
Résolution Y : 350
SubIFD Offsets : 143212
Unité de résolution : Pouce

Informations sur la photographie

Balance des blancs : Automatique
Bits compressés par pixel : 8
Commentaire de l'utilisateur :
Configuration des composants : YCbCr
Contraste : Normal
Correction d'exposition : 0 EV
Date et heure (numérisé) : 2017:05:13 08:17:05
Date et heure (originel) : 2017:05:13 08:17:05
Dimension X en pixel : 6000
Dimension Y en pixel : 4000
Espace des couleurs : sRGB
Flash : Non, inhibé
Lens Specification : 180/10 1350/10 35/10 56/10
Longueur focale : 135.0 mm
Longueur focale dans un film de 35mm : 202.0 mm
Luminosité : 4.89219
Mode d'exposition : Automatique
Mode de mesure : Multi-segments
Modèle d'Objectif : DT 18-135mm F3.5-5.6 SAM
Netteté : Normal
Nombre F : F5.6
Note du fabriquant : 93 0 3 16 4 0 16 0 0 0 76 8 0 0 0 32 7 0 1 0 0 0 0 0 0 0 2 32 4 0 1 0 0 0 0 0 0 0 3 32 2 0 0 1 0 0 140 8 0 0 4 32 9 0 1 0 0 0 0 0 0 0 5 32 9 0 1 0 0 0 0 0 0 0 6 32 9 0 1 0 0 0 0 0 0 0 7 32 9 0 1 0 0 0 0 0 0 0 8 32 4 0 1 0 0 0 1 0 0 0 9 32 3 0 1 0 0 0 0 0 0 0 10 32 4 0 1 0 0 0 0 0 0 0 12 32 4 0 3 0 0 0 140 9 0 0 13 32 5 0 1 0 0 0 152 9 0 0 20 32 9 0 2 0 0 0 160 9 0 0 0 48 7 0 134 1 0 0 168 9 0 0 32 176 2 0 16 0 0 0 46 11 0 0 33 176 4 0 1 0 0 0 0 0 0 0 34 176 4 0 1 0 0 0 0 0 0 0 35 176 4 0 1 0 0 0 0 0 0 0 36 ...
Pointeur IDF interopérabilité : 38284
Programme d'exposition : Automatique
Rapport de zoom numérique : 1.0
Recommended Exposure Index : 1250
Rendu personnalisé : Processus normal
Saturation : Normal
Sensitivity Type : 2
Source du fichier : Appareil photo numérique
Source lumineuse : Inconnu
Temps d'exposition : 1/250 s
Type de scène : Photographié directement
Type de scène photographiée : Standard
Valeur maximal d'ouverture : F5.6
Version d’Exif : 2.30
Version FlashPix : 1.00
Vitesse en ISO : 1250

Interopérabilité

Index interopérabilité : R98
Version interopérabilité : 1.00

SubImage1

Bits des échantillons : 12
Compression : (32767)
Configuration planaire : 1
Dimension motif CFA : 2 2
Échantillons par pixel : 1
Hauteur de l'image : 4024
Interprétation photométrique : Matrice de filtre de couleur
Largeur de l'image : 6048
Lignes par bandes : 4024
Motif CFA : 0 1 1 2
Nouveau type de sous fichier : Image principale
Résolution X : 350
Résolution Y : 350
Strip Byte Count : 24337152
Strip Offsets : 676352
Unité de résolution : Pouce

Vignette intégrée

Compression : JPEG (ancienne version)
Constructeur : SONY
Date et heure : 2017:05:13 08:17:05
Description de l'image :
Format d'échange JPEG : 38588
Logiciel : ILCA-77M2 v2.00
Longueur du format d'échange JPEG : 9106
Modèle : ILCA-77M2
Nouveau type de sous fichier : Vignette/Aperçu de l'image
Orientation : haut, gauche
Positionnement YCbCr : Co-sited
Résolution X : 72
Résolution Y : 72
Unité de résolution : Pouce

Notes du fabricant

Nom du fichier : 170513_test_A77_2017-05-13T08-17-04_0020_V00.ARW (Étiquettes EXIF de notes de fabricant)

MakerNote

Offset : 1006
Ordre des octets : II

Sony2

Anti-Blur : On (Shooting)
Auto HDR : Désactivé
Balance des blancs : Automatique
Balance des Blancs 2 : Automatique
Color Compensation Filter : 0
Color Reproduction : Standard
Compensation exposition flash : 0 EV
Contraste : 0
Dynamic Range Optimizer : Standard
Format du fichier : (3 3 1 0)
Full Image Size : 4000 x 6000
ID Objectif : Sony DT 18-135mm F3.5-5.6 SAM (SAL18135)
Infos prise de vue : 73 73 94 0 2 1 50 48 49 55 58 48 53 58 49 51 32 48 56 58 49 55 58 48 53 0 160 15 112 23 0 0 210 11 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 37 0 68 67 55 51 48 51 51 50 48 50 50 50 48 48 48 0 0 0 0 0 135 22 217 62 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 33 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 ...
Intelligent Auto : Désactivé
JPEG Quality : n/a
Mode couleur : Standard
Mode d'exposition : Automatique
Mode scène : Standard
Niveau de flash : Normal
Numéro Séquence : Simple
Panorama : 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Preview Image Size : 1080 x 1616
Qualité de l'image : Raw + JPEG
Réglage fin de la balance des blancs : 0
Release Mode : Normal
Saturation : 0
Sony Model ID : ILCA-77M2
Stabilisation de l'image : Activé
Température des couleurs : 0
Zone Matching : Réglage ISO utilisé

ANNEXE 1 : paramétrage de l'autofocus

Retour au début

Présentation générale

Les variables de paramétrage de l'autofocus peuvent être représentées par une "araignée", c'est-à-dire un diagramme à huit pattes représentant les paramètres suivants :

araignée
  • le réglage de priorité, qui peut prendre les valeurs "AF" ou "Mise en évidence équilibrée" (ou encore "déclenchement" mais cette dernière n'exploite pas les capacités de l'autofocus ; on ne retiendra pas ici les valeurs de paramètres ne mobilisant pas l'autofocus ou pas de façon maîtrisée) ;
  • le mode de mise au point, avec deux valeurs retenues : "AF-S" ou "AF-C" ;
  • la fonction AF sur les yeux, affectée à un bouton personnalisable qui permet de l'activer ou non ;
  • la zone de mise au point, à choisir parmi 6 possibilités : "Large", "Zone", "Centre", "Spot flexible", "Spot flexible", "Spot flexible élargi", "Verrouillage AF : Spot flexible élargi" ;
  • la durée du suivi AF, avec cinq paliers de "courte" (1) à "longue" (5) ;
  • la vitesse AF, "rapide" ou "lente" ;
  • l'effet Sourire/détection de visage, qui peut prendre, en simplifiant un peu, 3 valeurs : "Désactivé", "Activé" (avec ou sans une priorité donnée à un visage enregistré), "Activé + sourire" (avec plusieurs modalités de sourire) ;
  • la fonction Plage AF, qui permet de régler en tant que de besoin l'intervalle des distances autorisées pour la mise au point.
bouton Lorsque l'appareil est réglé pour prendre les photos en qualité RAW+JPEG, le télé-convertisseur numérique est inactif. Cela libère le bouton personnalisable qui lui est affecté par défaut. Il peut être utilement ré-affecté à la fonction « AF sur les yeux ». Pour l'utiliser, cadrer le visage, appuyer sur le bouton et déclencher en maintenant l'appui.

Sans compter la fonction Plage AF (avec 13 positions de distance pour les limites, celle-ci offre 78 combinaisons), le décompte arithmétique effectué sur cette base dénombre 1480 paramétrages possibles. Cependant, le nombre réel est inférieur car toutes les combinaisons ne sont pas autorisées. Par exemple, comme l'indiquent les flèches grises, la fonction "AF sur les yeux" n'est pas disponible en mode "AF-C" et se comprend comme un complément de la détection de visage qui doit être activée. Il n'en reste pas moins que le nombre de combinaisons offertes est élevé. Les diagrammes suivants montrent de façon synthétique la combinaison "passe-partout" adoptée par l'auteur de cette page (compte tenu de ses sujets de prédilection et qui ne convient donc pas à tout le monde), ainsi que les recommandations de SONY® dans quelques situations typiques, d'après le guide des réglages de l'appareil photo, et quelques variantes envisageables.

Par ailleurs, il est ici admis que les fonctions de verrouillage de l'autofocus offrent des modalités d'utilisation de l'AF une fois qu'il a été paramétré et ne font donc pas partie de ses paramètres de configuration stricto sensu. De ce fait, elles ne figurent pas dans l'araignée mais sont néanmoins abordées plus loin, en temps utile.

MON "passe-partout"

La combinaison générique "de base" adaptée à la plupart des sujets de l'auteur de cette page est décrite par le diagramme ci-dessous.
générique

Portrait

La combinaison recommandée pour le portrait par SONY® est la suivante.
portrait

Toutefois, il n'est pas interdit d'essayer la suivante, qui ajoute à la générique seulement la détection de visage et la pression sur le bouton activant l'AF sur les yeux.
portrait V2

Sujets en mouvement significatif

Pour les sujets en mouvement significatif, il est recommandé de choisir le mode de mise au point "AF-C", le réglage de priorité "Mise en évidence équilibrée" et la vitesse AF "rapide" pour autoriser l'appareil à suivre le déplacement avec une bonne réactivité.

Les combinaisons se distinguent alors par la zone de mise au point, la durée du suivi AF et la détection de visage. Cette dernière est en général désactivée, sauf s'il s'agit de réaliser un portrait vivant, non posé, en mouvement "naturel" et, dans ce cas, il est possible d'opter pour une "durée de suivi AF" moyenne (2 ou 3) combinée à une zone "Large" (la détection de visage se chargeant de préciser la zone de mise au point). Dans le cas d'un portrait en mouvement, la combinaison recommandée par SONY® est alors la suivante :
portrait mouvant

Dans le cas de scènes évoluant brusquement (apparition soudaine, déplacements imprévisibles), il faut donner plus de temps à l'appareil pour appréhender le sujet ("durée de suivi" élevée, 5 par exemple) et se contenter d'une précision modérée de la désignation de la cible du point ("Spot flexible élargi"). Dans un tel cas, la configuration de l'autofocus pourrait être le suivante :
mouvement imprévisible

Si l'évolution est rapide et le mouvement intermittent mais prévisible, il est possible de garder le "Spot flexible élargi" mais il faut raccourcir drastiquement la durée de suivi (1). La configuration de paramétrage devient alors :
mouvement intermittent

Pour les sujets rapides mais ne relevant pas des deux cas "pathologiques" précédents, il est possible d'opter pour une "durée de suivi" plus moyenne (2 ou 3) en adaptant la zone de mise au point à la scène. Par exemple, si le sujet remplit ou est susceptible de se déplacer dans une portion notable du cadre, on peut choisir "Zone" et le paramétrage devient alors :
mouvement rapide

Enfin, dans une situation proche de la précédente, en plus des paramètres représentés par les 8 pattes de l'araignée, s'il s'agit de suivre un élément particulier susceptible de bouger dans le cadre ou de ne pas laisser des éléments périphériques mouvants perturber la mise au point, il peut devenir nécessaire de verrouiller l'autofocus sur sujet. Il y a deux manières de faire cette opération.

Dans le cas de la première manière, la configuration de l'autofocus prend la forme suivante :
mouvement suivi

La seconde manière a l'avantage de faciliter notablement la prise de vue et de pouvoir être installée rapidement à partir de la position générique décrite ci-dessus en tournant le sélecteur de mode de mise au point puis en changeant deux paramètres par MENU > Onglet PDV :

La configuration devient alors la suivante :
mouvement suivi

Conclusion - Résumé

Pour maîtriser la complexité combinatoire de l'autofocus, il est utile de se choisir une configuration générique "passe-partout" servant de pivot à partir duquel un petit nombre de modifications engendrent des configurations alternatives. Chacune d'entre elles est adaptée à la plupart des scènes d'une catégorie voulue et peut, à son tour, servir de base pour une alternative de deuxième génération.

Cette stratégie produit un résultat propre à chaque photographe. Elle conduit l'auteur de cette page au jeu de configurations de la table suivante (version provisoire, en cours de test).

Paramètres Configuration
GÉNÉRIQUE
Modifiée pour le
PORTRAIT
Modifiée pour les
SUJETS RAPIDES
avec CADRAGE QUASI STATIQUE
Modifiée pour les
SUJETS RAPIDES
avec CADRAGE DYNAMIQUE
Mode de mise au point
(sélecteur)
AF-S   AF-C AF-C
AF sur les yeux
(bouton perso)
Inactif Actif    
Zone mise au point
(Fn > Sup > 4)
Spot flexible élargi Zone
Durée du suivi AF
(MENU > PDV > 4)
3 (réduire pour les intermittents,
augmenter pour les imprévisibles)
3
+ Verrouil. AF central "ON"
(MENU > PDV > 7 [ou Fn > Inf 5])
Vitesse AF
(MENU > PDV > 4)
Lente Rapide Rapide
Sourire/Dét. visage
(MENU > PDV > 7)
Inactif Actif
Plage AF
(bouton perso + molettes)
Si nécessaire
Régl. priorité
(MENU > Perso > 4)
M. en évidence équil.
Accès rapide
personnalisé
P1 +sélecteur AF-S P1 +sélecteur AF-S
+Dét.visage (+ AF/yeux)
P2 +sélecteur AF-C P2 +sélecteur AF-C
+Verr. AF central (Fn > Inf 5)

Une cellule vide signifie que le paramètre de la colonne "générique" s'applique.

ANNEXE 2 : autonomie

Retour au début

Spécifications

La page SONY® donnant les spécifications complètes du A77II annonce "Battery Life (Still Images): Up to 480 shots". Les premières utilisations font paraître ce maximum comme assez optimiste ou alors nécessitant des précautions économes. Sans réaliser une étude complète, les essais décrits ci-dessous donnent quelques indications sur le sujet.

Influence de la carte SD

Certaines sources sur internet (voir dpreview par exemple) font part d'un effet important de la carte mémoire sur l'autonomie de l'appareil. Pour tester cet effet, l'expérience suivante a été conduite avec deux cartes SDHC différentes de 32 Go (Sandisk Extreme PRO® et Sandisk Ultra PLUS®). Elle a consisté, pour chacune des deux cartes, à:

Dans les deux cas, à la fin de la demi-journée, après les 40 photos et le vidage de la carte, la charge de la batterie n'avait pas bougé de 100%. Il faudrait donc un nombre de photos beaucoup plus grand pour caractériser la consommation dans cette configuration. Se priver de l'autofocus n'étant pas très réaliste, on se contente ici de vérifier qu'aucune des deux cartes n'est une cause d'effondrement rapide de la batterie (ce qui aurait pu indiquer un défaut).

Influence de l'autofocus

L'appareil est équipé avec une batterie fraîche et sa configuration semblable à la précédente, avec seulement l'autofocus mis en fonction en mode AF-S pour avoir une configuration d'utilisation réaliste. La consommation de l'autofocus dépend aussi de l'objectif monté ; ici, il s'agit du Sony DT 18-135mm F3.5-5.6 SAM (SAL18135). Une séquence de 350 photos est prise (sans rafale ni flash, en une centaine de minutes à peu près), en relevant la charge toutes les 50 photos puis en éteignant l'appareil quelques minutes, le temps de noter le relevé (et de laisser refroidir les circuits de l'appareil et les yeux du photographe :-). Chaque photo est prise de façon naturelle, en évitant simplement de laisser traîner le doigt plus longtemps que nécessaire sur le déclencheur à demi-enfoncé.

La courbe de décroissance de la charge est représentée par la figure suivante :
courbe de décharge avec AF-S

Entre 150 et 350 photos, la décroissance est à peu près de 10% de la charge totale pour 100 photos, un taux qui ne paraît pas excessif. Évidemment, la décroissance ne se poursuivrait pas linéairement jusqu'à l'épuisement mais, dans cette configuration (avec une batterie neuve), il semble plausible de dépasser le maximum de 480 prises de vue donné par le fabricant.

À la fin de la séquence, l'appareil est éteint. Une heure après, la charge de la batterie est restée stable à 76%.

Influence de l'écran

La même expérience est recommencée, cette fois en allumant l'écran en plus et en se servant de lui pour photographier et vérifier les photos. Sa luminosité est réglée manuellement au minimum (-2).

La décroissance est beaucoup plus rapide. Il faut noter que, dans cette utilisation, l'écran est pratiquement toujours allumé. En conséquence, la consommation n'est pas seulement fonction du nombre de photos prises (en raison de l'action des moteurs, du fonctionnement du processeur et des accès à la mémoire) mais aussi du temps qui passe (en raison de la consommation permanente pour l'éclairage de l'écran). Dans l'expérience effectuée, la charge de la batterie décroit pratiquement deux foix plus vite que dans le cas précédent, comme le montre la figure suivante :
courbe de décharge avec écran

Un rythme de prise de vue plus lent, plus réaliste, ferait apparaître plus défavorable la décroissance rapportée au nombre de photos prises. Dans cette configuration, le nombre de prises de vues sera probablement inférieur au maximum de 480 affiché par SONY®.

Si, pour fixer les idées, on admet que chaque déclenchement consomme "instantanément" 1‰ de batterie et chaque heure de durée d'affichage (à luminosité -2) sans déclenchement 25% de la charge totale, alors :

Un test en conditions réelles

Le test relaté ici a été effectué avec une seule batterie, sur environ deux semaines, en alternant des phases d'exploitation (prises de vue, tri, transfert sur ordinateur, effaçage) et des phases de veille de longueurs variées (de 1 à 5 jours) afin d'évaluer le comportement de la batterie lorsque l'appareil est sur "OFF". La batterie utilisée peut être considérée comme pratiquement neuve. Le boîtier est toujours en mode "Avion" et la luminosité de l'écran toujours sur la position minimale -2.

Les phases d'exploitation furent réalisées avec la pratique habituelle de l'auteur, économe mais pas austère, consistant à prendre les photos sans utiliser l'écran, à n'utiliser l'écran qu'en fin de séance de prise de vue, pour évaluer sommairement les photos et éliminer les prises sans intérêt, à transférer les fichiers sur l'ordinateur par câble USB (sans utiliser l'écran) puis à supprimer toutes les images du dossier. Une session d'exploitation désigne ici l'ensemble des activités de prise de vue, tri, transfert et effaçage. Ensuite, l'appareil est placé en veille en mettant son interrupteur sur "OFF" et rangé jusqu'au début de la session suivante.

Les sessions effectuées avaient un éventail de durées de 1 h à 4 h environ et un nombre de déclenchements allant de 25 à 40.

Les relèvements de batterie effectués sont représentés par la figure suivante qui donne le niveau de batterie indiqué au viseur en fonction du groupe date-heure de la mesure.

décroissance réelle

Les décroissances rapides, au tracé presque "vertical", signent les séances de prise de vue. Les décroissances plus lentes (avec une pente qui tend à augmenter) correspondent aux phases de veille.

A partir de ces relevés, il est possible de calculer que, sur l'ensemble d'une session d'exploitation, avec le style de pratique décrit plus haut, en moyenne, chaque photo consomme de l'ordre de 0,5% de batterie (toutes opérations confondues). Même s'il n'y avait pas de phase de veille entre les sessions, l'auteur ne dépasserait donc guère les 200 photos avec sa manière de travailler habituelle.

Cependant, la veille occasionne une consommation supplémentaire. Celle-ci s'avère quasi nulle lorsque la batterie est à pleine charge. Elle ne devient perceptible que lorsque le niveau passe sous 50% et s'accélère ensuite. Plus précisément, pour ce test, en ne considérant que les phases de veille cumulées, la figure suivante donne l'évolution de la charge relativement à son niveau au début de la première phase de veille. L'évolution est quasi parabolique.

décroissance en veille mesurée

À partir de ces relevés, il est possible de calculer que le taux de consommation en veille (en % de batterie par heure) est quasi nul si le niveau est supérieur à 50% et de l'ordre de (0,25 - niveau/2)%/h lorsque le niveau est inférieur à 50%. En fin de course, la batterie perd donc pratiquement 0,25% par heure de veille.

Selon ce modèle, si, par exemple, l'appareil était rangé en veille à 49% de batterie, en l'absence de nouvel allumage, la batterie se déchargerait en suivant la loi figurée ci-dessous et s'épuiserait en 782,4 h, soit 33 jours environ. Ce résultat issu d'une loi phénoménologique reste à valider.

modèle de décroissance en veille

Bilan

Le facteur prédominant est la consommation de l'écran (pourtant réglé en luminosité minimale).

Pour augmenter l'autonomie de l'appareil, il faut en premier lieu réfréner l'emploi de l'écran : le laisser rabattu pendant les sessions de prise de vue (avec un peu d'habitude, l'affichage fugace dans le viseur après le déclenchement est suffisant pour évaluer la photo prise) ; ne l'ouvrir qu'occasionnellement, en cas de vérification nécessaire ou pour modifier un réglage plus commodément.

Ensuite, l'autofocus engendre une activité moins gourmande mais significative (et qui dépend de l'objectif) ; il semble donc préférable, lorsque cela convient aux scènes photographiées, de privilégier le mode AF-S et, dans tous les cas, de ne pas laisser le doigt appuyer à demi sur le déclencheur sans raison.

En conditions réelles, avec la pratique économe propre à l'auteur, il ne faut pas tabler sur plus de 200 photos après une charge complète, sans oublier que l'appareil consomme en veille et ce d'autant plus que la batterie est faible.

Au total, bien entendu, il ne s'agit pas de se priver des fonctionnalités puissantes offertes par l'appareil mais simplement de prendre conscience qu'elles ont un coût en termes de consommation électrique et de les mettre en jeu à bon escient. Bien sûr, cette recommandation ne s'applique que dans les situations où l'on doit gérer l'autonomie.

Quoiqu'il en soit, avoir en poche une ou deux batteries de réserve bien chargées ne peut pas nuire…

Accès direct au portfolio
Accès à la base de Sellig Zed

Mentions légales - CGU - © Sellig Zed, 2011, 2012, 2013. Sous licence ouverte V2.0 (etalab.gouv.fr).

logo html 5 XHTML5 validé avec html5.validator.nu